Utilisez-vous les réseaux sociaux dans vos accompagnements?

D’après une étude réalisée par Viadéo en décembre dernier et dont les résultats viennent d’être publiés (Source Recrut.com) 63,8% des professionnels des ressources humaines déclarent utiliser régulièrement les réseaux sociaux professionnels dans le cadre de leur fonction.
Depuis quelques temps les études à se sujet se multiplient et on assiste un peu à un véritable phénomène de  surenchère au niveau des chiffres avancés, ce qui amène à croire que si on n’utilise pas les réseaux sociaux quand on est un professionnel de l’accompagnement, on est complètement »out ».
Malgré ce phénomène de montée en puissance des réseaux sociaux dans la sphère du recrutement, on observe tout de même qu’ils sont aujourd’hui utilisés plutôt comme un outil complémentaire et qu’ils sont encore  loin de détrôner les modes plus classiques de recherche d’emploi.
Tout d’abord parce qu’il semblerait qu’ils conviennent plus à des personnes autonomes, avec  des profils plutôt cadres ou commerciaux, ce qui n’est pas  forcément la majorité des profils que nous accompagnons. Et puis, ce sont des outils somme toute assez complexes et subtiles à utiliser, il faut y passer du temps, ne pas se contenter de conseiller au demandeur d’emploi de mettre son CV en ligne, mais il faut l’accompagner dans la découverte des potentialités qu’offrent les réseaux sociaux professionnels, bien détailler son profil, s’inscrire sur les forums de discussion (hubs) sur lesquels interviennent des recruteurs, échanger, inviter des membres à entrer en relation avec la personne…afin de se faire remarquer par un recruteur.

2 réponses à “Utilisez-vous les réseaux sociaux dans vos accompagnements?

  1. Ce n’est que du bon sens… On a pas retiré les escaliers quand on a posé des ascenseurs! bravo et conitnuez.

  2. Bonjour,
    Au vu du public que j’accompagne (majoritairement CFM , personnes d’origine étrangère ou jeune) je n’ai qu’une seule fois eu l’opportunité d ‘échanger sur cet outils.
    Le demandeur d’emploi avait d’ailleurs un BAC+3.

Laisser un commentaire