Participez à un Atelier de découverte de l’outil L’Explorama, outil visuel d’aide à l’élaboration du projet professionnel

L’atelier est complet. Une liste d’attente est ouverte, si vous souhaitez vous y inscrire, merci de m’envoyer un message via le formulaire de contact.

RéseauCip en partenariat avec « les Éditions Qui plus est » vous propose de participer à un atelier de découverte de l’outil L’Explorama, outil visuel d’aide à l’élaboration du projet professionnel.

Contenu
Les professionnels  de l’insertion constatent souvent que les jeunes et les adultes en recherche d’orientation connaissent souvent peu de métiers. Prisonniers de leurs représentations, ils ne s’imaginent que dans quelques professions, souvent toujours les mêmes, dans un contexte environnemental figé.

L’Explorama, par le support des photographies d’environnements professionnels, permet de construire des réponses. Il permet de découvrir des environnements et d’élargir ses choix.

L’Explorama est constitué de trois supports :
o  48 planches évoquant des environnements professionnels divers.
o  64 vignettes en couleur illustrant des savoir faire
Chacun de ces supports a sa correspondance avec des listes de métiers plus une correspondances avec les codes ROME.

Objectifs de l’atelier
Découvrir l’utilité de l’outil L’Explorama ;
Réfléchir à la place des environnements professionnels dans la problématique d’orientation et d’insertion ;
Réfléchir à l’intégration de l’outil dans sa pratique.

Programme
Premier temps : La démarche et le concept d’environnement professionnel.
Deuxième temps : Découverte de l’outil et première prise en main.

Animation
Atelier à dominante pratique qui s’appuie sur la participation et l’implication des participants, en leur proposant différents exercices et activités.

Intervenante
Sylvie Darré Co auteur de l’Explorama, du Guide compétences et de cartométiers et responsable des Editions Qui plus est

Dates horaires et adresse
Lundi 19 mars de 9h00 à 12h30
Cité de Refuge/Centre Espoir
12 rue Cantagrel  75013 Paris
Métro ligne 14 ou REC C arrêt Bibliothèque Francois Mitterrand

Public
Professionnels de l’orientation, de l’insertion et la formation.

Modalité d’inscription
Participation de 25 euros*
* Cet atelier vous donne droit à une remise de 10% dans le catalogue des Éditions Qui plus est.

Formulaire d’inscription en ligne

Professionnels de l’insertion et de l’emploi, contribuez à la consultation en ligne du CESE sur l’orientation des jeunes!

Contribuez à la plateforme sur l’orientation des jeunes

Cette initiative s’inscrit dans le projet de réforme porté par le Président Patrick Bernasconi qui souhaite que le Conseil, assemblée de la société civile organisée, recueille l’expression citoyenne, la traduise dans ses travaux et la porte auprès des pouvoirs publics.
La première consultation à laquelle les internautes sont invité.e.s à participer est intitulée « Orientation des jeunes : quelles solutions ? ».

L’orientation des jeunes telle qu’elle est construite aujourd’hui est génératrice de stress. Les choix, souvent faits très tôt, permettent difficilement un retour en arrière et sont déterminants pour le reste de la vie professionnelle et personnelle. Ils engendrent une véritable pression chez les jeunes, mais aussi dans leur famille et leur environnement.

Comment lever cette pression ? Comment créer des conditions favorables pour que chacun.e puisse construire son avenir personnel et professionnel sereinement ?

Rendez-vous sur participez.lecese.fr pour faire vos propositions !
J’ai moi-même fait une proposition ici.
N’hésitez pas à voter et à y apporter vos propres arguments!

La consultation viendra nourrir le projet d’avis du CESE « L’orientation des jeunes », rapporté par Laure Delair (groupe des organisations étudiantes et mouvements de jeunesse) et Albert Ritzenthaler (groupe CFDT) et  qui sera soumis au vote de l’assemblée plénière du CESE le 11 avril prochain.

Les engagements du CESE :

  • Toutes les contributions seront lues et seront intégrées à une synthèse restituant la diversité des arguments.
  • Les 60 contributions les plus soutenues sur la plateforme (10 par thématique) recevront une réponse officielle et argumentée de la part des rapporteur.e.s.
  • Des événements seront organisés pendant la consultation afin de décliner en présentiel les débats en cours sur la plateforme.
  • Les 6 contributeur.rice.s à l’origine de contributions reprises par le CESE seront convié.e.s à les présenter en hémicylce le jour de la séance plénière le 11 avril (en présence du Président du CESE et de tous les conseillers). L’avis sera ensuite porté à la connaissance des acteur.rice.s publics.
  • Les rapporteur.e.s s’engagent à indiquer clairement dans l’avis les contributions issues de la consultation.

Les parcours emploi compétences vont remplacer les contrats aidés

Sources : http://www.gazette-sante-social.fr

Les contrats aidés, c’est fini. Place aux parcours emploi compétences ! Largement utilisés par les gouvernements successifs comme outils d’ajustement de l’emploi depuis les années 1980, les contrats aidés (des très anciens contrats emploi solidarité aux présents contrats uniques d’insertion) vont donc prendre un nouveau visage dès cette année. L’annonce en a été faite le 16 janvier par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, elle-même peu favorable à ces dispositifs, à l’occasion de la diffusion du rapport « Donnons-nous les moyens de l’inclusion » qu’elle avait demandé au délégué général du Groupe SOS, Jean-Marc Borello.

À l’origine du rapport et de la refonte des contrats aidés, il y a eu l’été dernier, la levée de boucliers des associations et de l’économie sociale et solidaire contre la suppression inattendue de milliers d’emplois aidés pour les personnes durablement éloignées de l’emploi.

La réponse gouvernementale fut de confier une mission d’expertise à Jean-Marc Borello pour fixer un état des lieux et faire des propositions.

Une transformation radicale des contrats aidés

Le rapport fait la part belle faite aux employeurs associatifs. Les 200 000 parcours emploi compétences délivrés annuellement ne s’adressent plus qu’à eux (et aux collectivités locales) et plus du tout au secteur privé lucratif : croissance oblige !

100 millions d’euros (tirés du Plan d’investissement compétences) seront consacrés annuellement à soutenir les actions de formation et d’accompagnement des structures, 50 millions uniquement pour l’insertion par l’activité économique et 50 millions d’euros pour les autres parcours emploi compétences.

Mais les acteurs associatifs seront certainement attentifs à cette « transformation radicale des contrats aidés » annoncée par la ministre parce qu’elle renforce leurs liens de subordination aux pouvoirs publics, alors que les structures d’insertion ou d’accompagnement des chômeurs se sont largement construites dans des logiques d’expérimentation contre les réglementations existantes…

De l’employabilité à « l’employeurabilité »

En même temps que le rapport Borello, la ministre a en effet expédié une circulaire aux préfets de régions pour la mise en place rapide des parcours emploi compétences. « Cela signifie qu’il y aura une sélection des employeurs associatifs à même de mener les parcours d’accompagnement. Le préfet devra choisir les types de parcours les plus bénéfiques. À côté de l’employabilité, il doit
Lire la suite

Fin du RSI : Quelles conséquences pour les indépendants?

Sources : Caf.fr
Depuis le 1er janvier, le Rsi s’adosse petit à petit au Régime général de la Sécurité sociale. Objectif : améliorer l’efficacité de la couverture sociale des indépendants. Catherine Fraudeau, directrice de la communication, nous explique ces changements.

article_img

Catherine Fraudeau : Le Régime social des indépendants (Rsi) est l’organisme de Sécurité sociale des travailleurs indépendants. Il a été créé en 2006, après la fusion des caisses d’Assurance maladie et d’Assurance vieillesse des travailleurs indépendants : artisans, commerçants, professions libérales, micro-entrepreneurs… L’objectif était de simplifier la protection sociale de cette catégorie de travailleurs : le Régime social des indépendants devenait leur interlocuteur unique. Aujourd’hui, le Rsi compte 2,8 millions d’actifs cotisants, et couvre au total 6,6 millions de Français : retraités, actifs et ayants-droit.

Comment cette suppression va-t-elle se passer ? 
Le gouvernement a décidé de rattacher le Rsi au Régime général de la Sécurité sociale. Depuis le 1er janvier, les caisses Rsi se transforment juridiquement et
lire la suite

Offre d’emploi de Cip

L’AIP recrute un(e) conseiller(ère) en insertion professionnelle Référent(e) insertion emploi dispositif PLIE

Voir l’offre

Stages, périodes de formation en milieu professionnel : oui mais combien d’heures de cours pour les étudiants ?

Sources : www.service-public.fr

Illustration 1 Amphithéâtre - étudiants

Crédits : © Syda Productions – Fotolia.com

Les étudiants en stage ou en période de formation en milieu professionnel doivent suivre au moins 50 heures de cours par an. C’est ce qu’indique un décret du 30 novembre 2017 qui précise également qu’un référent formateur (coordonne et anime la formation) assure le suivi de 24 stagiaires au maximum.

L’enseignement universitaire peut comporter des périodes obligatoires de formation en milieu professionnel ou des stages.

Les périodes de formation en milieu professionnel et les stages sont des périodes temporaires de mise en situation en milieu professionnel au cours desquelles l’étudiant acquiert des compétences professionnelles et met en œuvre les acquis de sa formation pour obtenir un diplôme et favoriser son insertion professionnelle.

Les périodes de formation en milieu professionnel et les stages font partie d’un cursus dont le volume pédagogique est de 200 heures minimum par an, dont 50 heures minimum de cours dispensés en présence des étudiants.

En savoir plus

Pôle emploi lance le premier test pour le bilan de compétences des chômeurs

Sources : www.lci.fr

Pôle emploi expérimente une nouvelle méthode et fait le pari du numérique pour aider les demandeurs d’emploi à sortir du chômage.

Pôle emploi va sans doute être réformé. Et parmi les pistes envisagées figurent la réalisation d’un bilan de compétences personnalisé pour chaque demandeur d’emploi. Cette nouvelle méthode est actuellement expérimentée à Dijon et devrait s’étendre à toute la France début 2018. Ce nouveau dispositif tourné vers le digital est-il efficace ?

En savoir plus