Archives pour la catégorie Interviews

Accompagner les parcours avec l’e-portfolio

Interview de Michael Bodzioch Responsable de Formation et de Développement au sein de la SCOP Netice (www.netice.fr).
Netice est une agence interactive de conseil et de formation aux usages du numérique. Créée par deux ex-CIP, la coopérative est spécialisée dans le développement de projets e-portfolio.

Un rapide sondage effectué récemment auprès de quelques CIP m’amène à penser que la démarche e-portfolio reste encore peu utilisée dans le cadre de leurs accompagnements. Cela s’explique s’en doute par une méconnaissance de son mode d’utilisation et de son utilité.
En effet, l’e-portfolio est davantage utilisé chez nos voisins européens où l’importance accordée aux compétences est aussi importante que celle accordée au diplôme. C’est pour cela que nous avons créé Netice : pour développer des solutions technologiques adaptées à l’accompagnement des parcours « atypiques » et pour permettre aux professionnels de se former sur les aspects à la fois techniques et pédagogiques.

Pourriez-vous nous donner la définition du e portfolio et quelle est sa finalité?
Le portfolio était traditionnellement utilisé par les artistes pour partager et valoriser leurs créations, comme un book. Il illustre un parcours d’apprentissage et rassemble les résultats des travaux, expériences et réalisations qui sont autant de support de valorisation des compétences.
Enrichi par les technologies numériques, devenu e-portfolio (portfolio numérique ou encore portefeuille numérique de compétences…), il est aujourd’hui considéré comme un dispositif d’accompagnement des parcours innovants.

C’est à la fois :

  • une boîte à outils 2.0 qui permet aux utilisateurs de capitaliser, organiser et partager les documents et informations liés à une activité professionnelle, un parcours de formation, un projet de mobilité, de recherche d’emploi ou de création…
  • un outil de suivi, de communication et de travail collaboratif.

Dans un premier temps, l’e-portfolio est un outil « privé » qui permet, avec l’aide Continue la lecture

« L’emploi j’y crois ! » Interview de Laurence Boulieu, conseillère emploi à Pôle Emploi

Laurence Boulieu vient d’écrire un livre (en cours de parution) intitulé « L’emploi j’y crois ! » dans lequel elle est partie de son expérience personnelle de demandeur d’emploi pour expliquer comment elle a abordé son métier de conseillère en insertion professionnelle par la suite.

Bonjour Laurence, est ce que vous pouvez vous présenter en quelques mots ?
J’ai exercé le métier de conseillère en insertion professionnelle pendant 6 ans au sein d’un organisme prestataire de Pôle Emploi. J’avais pour mission d’accompagner les personnes vers l’emploi dans le cadre des objectifs « emploi », objectifs « projet », mobilisations vers l’emploi et cible emploi. Je faisais également les bilans de compétences, les animations d’ateliers internet et multi thèmes pour Pôle Emploi et le remplacement du formateur bureautique pendant ses congés. En décembre 2012, j’ai été licenciée économique. En mai 2013, j’ai été recrutée par Pôle Emploi en tant que conseillère placement.

Pourquoi c’était important pour vous d’écrire ce livre ?
Lorsque j’ai perdu mon emploi, j’ai éprouvé le besoin de me valoriser autrement que par le travail et j’ai souhaité écrire un livre sur mon expérience de conseillère en insertion professionnelle et sur les méthodes que j’avais utilisées. Je me suis rendu compte que toute cette expérience professionnelle associée à ma nouvelle situation de demandeur d’emploi pouvait être finalement un témoignage intéressant pour les autres conseillers et pour les personnes en recherche d’emploi. En mai 2013, j’ai été recrutée par Pôle Emploi en tant que conseillère placement et je mets un point d’honneur à continuer d’appliquer mes méthodes au sein du service public de l’emploi. L’accompagnement à l’emploi, ce n’est pas seulement la vérification des outils de recherche d’emploi Continue la lecture

Série d’interviews sur l’ADVP (suite et fin) : Marjorie Llombart, formatrice et consultante en bilans de compétences et gestion de carrière

Nous terminons cette série d’interview sur l’ADVP avec Marjorie Llombart qui est formatrice et consultante en bilans de compétences et gestion de carrière. 

Quelle place occupe aujourd’hui l’ADVP dans vos accompagnements ? L’utilisez-vous de manière occasionnelle ou bien quasi systématiquement ?
J’utilise l’ADVP dans la plupart de mes accompagnements : toujours pour les prestations individuelles comme les bilans de compétences, à chaque fois que possible lors d’animation de séances collectives.

Avez-vous été formée à cette méthode ? Combien de temps faut-il d’après vous pour arriver à se l’approprier ?
J’ai d’abord été sensibilisée à l’approche lors de ma formation à l’université de Paris 8 (DESU Evaluation et Bilan des Compétences). L’un de nos professeurs, Stéphane Montagnier, nous a partagé son expérience d’utilisateur de l’ADVP et nous a présenté l’intérêt de la méthode. Nous avons ensuite eu la chance de recevoir Madame Marie-Claude Mouillet qui est venue échanger avec nous.
Une fois le diplôme obtenu, nous étions quelques personnes de la promo à vouloir nous former à l’ADVP. Aussi, nous avons naturellement contacté le Patio et Marie-Claude Mouillet qui nous a organisé une formation sur mesure intitulée « utiliser l’ADVP et la démarche éducative pour accompagner des personnes dans l’élaboration de leur projet professionnel ». 
Il est très facile de se l’approprier puisque l’apprentissage de l’ADVP est basé sur l’expérimentation, pour rester fidèle à ses fondements théoriques.

Pour quels types d’accompagnements y avez-vous recours ?
J’utilise l’ADVP aussi bien pour les bilans de compétences en individuels que pour des accompagnements sur-mesure d’élaboration de projet professionnel.

La mise en œuvre de cette méthode requiert la maîtrise d’un certain nombre d’outilsou de programmes existants  développés principalement dans des ouvrages tels que « Chemin faisant 1 et 2 », « le Projet sans la Plume », « Chemin faisant recherche d’emploi », quels sont ceux que vous utilisez le plus ?
Plus qu’un outil, en ADVP on parle de « mise en situation ». Car la personne accompagnée va vivre une expérience. Et c’est de cette expérience que l’utilisateur va pouvoir trouver sa propre réponse et ainsi apprendre à Continue la lecture

Série d’interviews sur l’ADVP : Antoine Gandilhon, formateur et consultant en transitions professionnelles

Antoine, pourriez-vous nous dire quelle place occupe aujourd’hui l’ADVP dans vos accompagnements ?
Travaillant principalement sur l’orientation et le choix d’une (nouvelle) carrière, le modèle de l’ADVP est pour moi un outil essentiel.
Il m’arrive néanmoins, comme sur le rapport au travail en tant qu’activité rémunérée, d’utiliser d’autres outils. Cela étant la démarche et l’état d’esprit dans lequel sont menées ses séquences ne s’éloignent pas du modèle.

Avez-vous été formé(e) à cette méthode ? Combien de temps faut-il d’après vous pour arriver à se l’approprier ?
Appliquer les séquences d’une méthode ne peut se comprendre qu’avec cet abord théorique  de la pratique, des échanges et de la réflexion.
J’ai pu suivre une session de formation en intra (avec uniquement des collègues de ma structure) par un formateur du Patio. Je reste réservé sur la formation en intra qui restreint les échanges, les visions de différents publics et types de travail d’accompagnement.
Bien qu’adhérent pleinement à la philosophie du modèle il m’a fallu quelques sessions pour maîtriser le déroulé technique des séquences.
Enfin, j’estime avoir pu correctement aborder les processus qui se mettent en place et m’approprier de façon efficace les différentes séquences proposées par la méthode après avoir fait de l’ingénierie de parcours et avoir eu beaucoup d’échanges avec des collègues.
Au-delà de la formation à la méthode et au modèle, avoir des compétences en Continue la lecture

Série d’interviews sur l’ADVP : Catherine Chaussade, conseillère en insertion professionnelle

L’ADVP (Activation du Développement Vocationnel et Personnel) est une méthode d’origine canadienne, permettant d’aider l’individu à explorer ses compétences, ses savoirs ainsi qu’à développer ses capacités d’orientation professionnelle.
C’est une démarche éducative qui permet à la personne accompagnée d’acquérir méthode, connaissances, habiletés et attitudes nécessaires aux choix et aux décisions qu’elle sera amenée à prendre et à mettre en œuvre.

L’ADVP est ainsi utilisée dans les stages d’orientation et d’insertion proposés par Pôle Emploi, les Missions Locales, et plus généralement tous les dispositifs ayant pour mission de faciliter l’insertion professionnelle de populations jeunes et adultes.

Trois professionnels de l’accompagnement, vont nous faire partager leur propre expérience de cette méthode et nous dire de quelle manière ils se la sont appropriée.
Nous commençons cette série d’interviews par Catherine Chaussade, conseillère en insertion professionnelle (Accompagnatrice SNC Groupe Annecy ).

Catherine, pourriez-vous nous dire quelle place occupe aujourd’hui l’ADVP dans vos accompagnements ? L’utilisez-vous de manière occasionnelle ou bien quasi systématiquement ?
J’utilise systématiquement la méthode ADVP dans le cadre de mes accompagnements. Au début bien sûr, pour repérer à quelle étape de son cheminement personnel la personne se trouve. Mais aussi en cours de travail, lorsque le projet professionnel avance et que des repositionnements sont nécessaires.

Avez-vous été formée à cette méthode ? Combien de temps faut-il d’après vous pour arriver à se l’approprier ?
J’ai été formée à la méthode ADVP en 2005 par l’Association « Trouver-Créer ». Je travaillais alors à l’Université de Versailles St-Quentin Yvelines au SCUIO (Service Commun Universitaire d’Information et d’Orientation). J’ai Continue la lecture

Interview d’une conseillère en insertion professionnelle sur la prestation CPP

Aurore M.S. est conseillère en insertion professionnelle, elle intervient notamment sur la prestation CPP (Confirmer son Projet Professionnel) dans un organisme prestataire du Pôle emploi, ID Formation.

Bonjour Aurore, la prestation CPP a été mise en place en février 2012, est ce que vous pouvez nous en dire quelques motsTout d’abord, à qui s’adresse-t-elle ?
CPP est né d’un simple constat : des prestations existent pour les personnes qui  normalement connaissent leur projet professionnel (TRA/TVE ); et au contraire d’autres prestations pour celles qui ne savent plus dans quel secteur/métier s’orienter (BCA/CAP). Mais rien n’avait été créé pour les demandeurs d’emploi ayant une idée plus ou moins précise de leur projet, mais ne sachant pas comment y parvenir, ou si un métier envisagé leur correspondrait en réalité, etc.
J’ai donc commencé à faire du CPP dès la création de ce dispositif, début 2012, Continue la lecture

Interview d’un conseiller emploi sur la prestation CAP projet

Mickaël  est conseiller emploi et formation, il intervient notamment sur la prestation CAP projet qui a remplacé la prestation Bilan de Compétences Approfondi.

Bonjour Mickaël, Cap projet a été mis en place en février 2012, est ce que vous pouvez nous en dire quelques mots ?
Elle est effectuée uniquement par des prestataires ayant répondu à l’appel d’offre et ayant bien entendu remporté le marché. D’un point de vue financier, il
s’agit d’une prestation de groupe où il faut un minimum de 6 personnes pour commencer la session. A la fin de la prestation pour être facturé, il faut un moins une personne.

Cette prestation d’aide à la définition ou redéfinition de projet professionnelle Continue la lecture